EID AL-FITR ET LA TERANGA SENEGALESE

Il y avait une ambiance qui répandait un arôme différent ce jour-là. Après avoir vécu avec la famille Sane pendant tout le mois du Ramadan, au très petit village appelé Niaguis, le 6 juillet donné la bienvenue à la fête Eid al-Fitr ou Eid Mubarack, un jour spécial où des milliards de musulmans de tout le monde fêtent la fin du Ramadan .

20160705-_DSC0105-2

Je pouvais apercevoir joie, émotion, amabilité, bonheur, même un caractère enjoué…presque chaque visage dessinait une sourire particulier des jours spéciales, des moments qui laissent tomber la routine, comme quand nous faisions la tournée à l’école ou quand le jour de notre anniversaire s’approchait.

Je ne sais pas pourquoi mais, la démarche de ce jour-là me transportait à l’enfance dans mon village, Aielo de Malferit, en Espagne. Pendant les fêtes majeurs il y avait des processions, les saints et vierges sortaient, la musique sonnait, des prières et discours sacrés dedans et dehors l’église, l’écoute attentive, ou peut-être no, au prêtre en disant des discours et réflexions sur la vie. Les gens avec ses meilleurs habilles en faisant la tournée autour le village pour saluer les oncles, tantes, neveux, voisines…

20160706-_DSC0163-3

Bien sûre il ne pouvait pas manquer le repas. Après avoir jeûne pendant un mois, avec ses semaines, jours, minutes…toutes classes d’animaux attendaient leur destin final, un grand repas familiale. Poulets, chèvres, moutons…quelque soit leur niveau économique, ils allaient nourrir ventres vides en souhaitant amener au corps, au moins ce jour-là quelque chose différent que du riz, poisson ou du pain.

Pour ceux qui ne sont pas musulmans comme moi, certainement nous pouvions manger quand nous voulions. Néanmoins, je voudrais essayer et les joindre pendant les derniers quatre jours. Je voulais jeûner, aussi sans boire. Je savais que cela n’allait pas être si facile mais, j’allais le prendre comme un exercise de maîtrise de moi-même, d’spiritualité. Plus tard je pouvait comprendre mieux, comment la famille était contente quand la rupture s’approchait avec le coucher de soleil, qui, des morceaux du pain et du thé ou caffe touba, repliaient ventres vides et gorges assoiffées.

20160706-_DSC0116-3

Il faudrait souligner que musulmans et chrétiens coexistent en parfaite harmonie. Les uns vont au fêtes des autres, et a l’envers. Beaucoup de fois, dans des pays en conflits religieux,  l’on a mis le Sénégal comme un exemple de paix, tolérance, et convivialité entre les religions.

Or, Je crois que nous serons d’accord que certains traditions doivent êtres modifiées, adaptées, ajustées, de manière a ce que l’on puisse évoluer vers la parité de genre, vers le respect, vers la réussite des droits à propos du travail, vers la qualité de l’éducation, la santé, les services sociaux. Pendant un ce mois j’ai parlé avec des gens senegalais critiques avec quelque traditions. Par example la famille senegalese/africaine devrait se réduire pour offrir mieux et plus d’opportunités aux enfants. Aussi, le rol de la femme devrait chercher des modèles plus égalitaires, avec plus de droits.

20160706-_DSC0179-3

Pour cette raison, AFRICAHUGS va se focaliser, se centrer dans l’éducation, cette éducation qui nous aide à penser, améliorer, se demander, s’interroger, se débattre sur les différentes manières de vivre. Qu’est-ce que ce l’éducations sinon? Et d’un autre côté, faire connaître, rendre visible, mettre en valeur, écrire des histoires d’africains et africaines qui, avec ses idées, projets, objetives…ont l’intention de transformer, améliorer, développer son entourage le plus proche.

20160706-_DSC0223-3-2

Un mois en apprenant des gens, de leur culture, de leurs traditions, de la « Teranga », ce mot qui décrive, qui représente la sympathie, l’hospitalité, l’ambiance accueillante des habitants de Sénégal. Chaque jour, chaque minute, chaque seconde j’ai pu apprécier ce geste de rapprochement, d’humanité, de me faire sentir comme chez moi.

20160706-_DSC0219-3-2

Encore je dois apprendre beaucoup des choses de l’Afrique. Encore, AFRICAHUGS a un longue chemin  à parcourir, un trajet dont, avec de l’énergie et votre soutien, l’on espère achever et façonner sur ce site web. Le prochain 11 juillet on sera en Guinée Bissau. Avec plaisir je bien aimerais compter sur votre soutien, en lisant chaque histoire, en donnant votre avis, en partageant…